Vous êtes ici

André Barthélemy. Rétrospective (1939-2012)
19/05/2012 à 28/05/2012
Exposition du 19 au 28 mai de 15:00 à 19:00 Vernissage le vendredi 18/05 à 18:00 + video-performance : L’Envol du Cadre par Camille Escudero et Cristobal Rio Finissage le lundi 28/05 à 16:00 + performance : Les Fibres optiques par Fred Chemama, Philomène Zeltz et Camille Escudero Est-il de mise d’évoquer les « 91 printemps » d’André Barthélémy, quand ce dernier vous reçoit chaque jour pinceau en main, et vivacité au regard ? Vous vous en retournez avec des traversées de couleur dans la rétine….et accessoirement sur le plat monochrome de vos vêtements ! S’il est un temps ancien et présent auquel vous invite André Barthélémy, c’est celui où le travail artistique se devine, se lit sur vos mains et s’accroche obstinément à tout ce que vous touchez…. Aucune virtualité hygiénisante qui caractérise les nouveaux médias artistiques…. André Barthélémy, tel Empédocle, plonge quotidiennement dans le cratère de la matière picturale…. Le mot « matière » dans son œuvre n’est pas une préciosité stylistique… Elle se forge dans le creuset polychrome de la peinture à l’huile. Si les couleurs d’André Barthélémy se jettent sur vous, comme un jeune chien fou, c’est qu’elles ont perdu leur fonction de remplissage et d’ornement. Face à ces tableaux, vous désapprenez l’évidente rectangularité d’un cadre et, la quête de la forme signifiante … Car ici, ce sont les couleurs qui font et défont les géométries aseptisées pour les projeter dans les incertitudes du mouvement, ce sont toujours les couleurs qui sculptent progressivement la forme, jusqu’à parfois la dissoudre par des strates successives …. Le regardeur doit se faire alors « géologue ». Vous passeriez à côté de cette œuvre figurative qui s’échappe vers l’abstraction, si vous restez sur le rivage de la surface picturale…. André Barthélémy peint pour recréer un monde que, telle cette Alice en un autre pays, vous devez traverser… Monde d’intensités organiques et cérébrales à la fois, monde d’où la vie s’échappe et tâtonne au gré de la grande et petite Histoire…. Mais ne vous y trompez pas…. Cette œuvre qui ‘s’étend de 1939 à 2012 ne s’est pas toujours affichée avec la paisible vitalité qu’offre maintenant le visage du peintre. A l’instar de ces tableaux qui se sont affirmés, retirés puis offerts aujourd’hui au public, la vie d’André Barthélémy a connu toutes les vicissitudes d’une vocation artistique avec ses cris, ses exaltations, ses colères et ses silences… C’est donc avec un joyeux et profond respect que les Ateliers Mommen donneront à découvrir l’œuvre vivante de cet artiste-peintre, opiniâtre et indocile. °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° L’Envol du Cadre vendredi 18 mai à 18:00 Vidéo-performance co-réalisée par Camille Escudero et Cristobal Rio. Œuvre hybride qui s’aventurera à décliner les espaces « hors champs » des toiles exposées d’André Barthélémy…. L’œil du spectateur-regardeur sera invité à suivre les métamorphoses de matière picturale, et à plonger dans l’univers onirique du peintre. Camille Escudero, artiste française, fait du corps, l’unité de mesure des dispositifs scéniques, plastiques, visuels. En résidence aux Ateliers Mommen depuis janvier 2012, elle a conçu et mis en corps « Les Percées Clandestines », ciné-concert-performance tourné dans les espaces publics de Saint-Josse-Ten Noode. Elle réalise par ailleurs une série de « haîkus visuels » dans le Mommenic Diary. www.camilleescudero.com http://www.camilleescudero.com/apps/blog Cristobal Rio, vidéaste franco-mexicain, extirpe sa matière d’un labyrinthe « borgésien » où la physique de l’image n’affirme rien. Il est le réalisateur du film « Percées Clandestines » à Saint-Josse-Ten-Noode, projeté aux Ateliers Mommen en février 2012. http://cristobal-rio.blogspot.com/ http://youtu.be/WA0DdI8q1fA °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° Les Fibres optiques lundi 28 mai à 16:00 Performance pour œil « gestographique » et deux corps. A partir d’un personnage-totem conçu et mu par Philomène Zeltz, le regard se glissera simultanément dans l’empreinte gestographique créée par Fred Chemama « Mira », et dans la physicalité « inter-passive » de Camille Escudero. http://youtu.be/8XdkqGuL8a0 Philomène Zeltz, digne fille spirituelle d’André Barthélémy, est peintre-performeuse-combattante. Une triple casquette qui lui permet tour à tour de sonder l’intensité du geste martial, les courbes du tracé anatomique, et les organiques délicatesses de langue des signes. http://youtu.be/6vH2ftCkRiA http://youtu.be/61fBT5JUaLQ Fred Chemama « Mira », photographe, vidéaste, artiste multimédia (installations et performances audiovisuelles). Né en 1971 à Paris, vit et travaille à Bruxelles aux Ateliers Mommen. A créé le gestographe et les dispositifs multimédia pour le Musée Charlier dans le cadre de l’exposition consacrée à Madou. http://fredchemama.net/index.php?/mira/ephemere--resistance En collaboration avec la commune de St-Josse et du musée Charlier