Vous êtes ici

Alter-Mondes
23/02/2017
Avec cette exposition au titre quelque peu énigmatique Guillaume Cazalet poursuit, dans le champ pictural, une réflexion portant sur l’espace de l’œuvre d’art initiée, il y a quelques années, dans le domaine musical. Ses toiles d’aspect variable, fruit d’un travail constant mené sur plusieurs mois, s’offrent comme autant d’expériences perceptives et d’études colorimétriques destinées à défier, en premier lieu, l’adaptation visuelle et mentale de tout un chacun.

Marqué par les expériences an-architecturales de Gordon Matta-Clark, les compositions spectrales et minimalistes d’Éliane Radigue, ou encore la définition d’un espace infini proposé au début du siècle dernier par Kasimir Malevitch, l’artiste nous plonge, par le biais d’une disposition originale pensée selon la configuration architecturale particulière desAteliers Mommen, dans un univers fait d’assemblages perspectifs, de variations d’échelles et de vibrations colorées dont s’échappe un effet de flou symbolisant l’expression antinomique d’une présence totale, de même que d’une absence absolue.

Installé à Bruxelles depuis 2006, diplômé en 2013 de LaCambre Architecture, Guillaume Cazalet termine son cursus à l’ARBA-ESA dans l’atelier Art dans l’espace public. Invité aux Ateliers Mommen par le peintre Pierre Duys, l’artiste dévoile, au terme d’une résidence de dix jours, deux séries de toiles abstraites intégrées de façon subtile dans le lieu qui les accueille. Intitulée Alter-Mondes, cette exposition constitue sa deuxième expérience hors du circuit scolaire.