Vous êtes ici

A distance respective - Benoît Carpentier
02/06/2006 à 11/06/2006
Chaque peinture-sculpture tente de poser ses limites en filigrane pour permettre une ouverture à un ensemble plus grand. Elles ponctuent le mur de signes et leurs ouvrent l’espace de la troisième dimension grâce à des modules en bois. Ceux-ci prennent le rôle des châssis sur lesquels les toiles ne se tendent plus mais déposent leurs poids. Les peintures-objets, en envahissant l’espace de la troisième dimension, affaiblissent la frontalité de la toile et invite l’œil à prendre sa place et s’ouvrir à l’action. Chaque peinture s’essaye dans un phrasé sur la partition que constitue le mur. Benoît Carpentier