La compagnie Scraboutcha
16/07/2012 à 21/07/2012
Nous tournons actuellement avec un spectacle de marionnettes tout public à partir de 7 ans intitulé: " Gluburr ou la quête du chaos ". A la source de ce spectacle, il y a une rencontre. Une rencontre entre deux personnes : l’une plasticienne, l’autre comédienne. Une rencontre enrichissante entre deux univers, entre deux formations, où la marionnette trouve sa place en tant qu’objet médiateur.L’envie de créer à deux est née dès que nous nous sommes connues. Nous avons très vite décidé d’écrire ensemble une histoire et d’utiliser la marionnette pour la raconter.Les sources d’inspirations ont été multiples : de l’univers de Calder en passant par les contes mésopotamiens, du marché aux puces à l’œuvre de Jacques Laccarrière.Le plaisir de travailler ensemble se manifesta très vite. Mêlant écriture de dialogues, composition de mélodies et construction de marionnettes, l’envie de continuer l'aventure fut évidente. Nous avons ainsi exploré la marionnette sous toutes ses formes et écrit une histoire pour accueillir nos trouvailles. Au bout de deux ans de construction, c'est en octobre 2010 que nous sommes sorties de l'ombre... Nous avons ainsi joué le spectacle une trentaine de fois dans des lieux atypiques et très diversifiés et au fur et à mesure des rencontres, notre volonté quant à la démarche de la compagnie s’est précisée: - aller à la rencontre de gens de tout bord, de tous les styles. - jouer devant des publics larges pour qui le théâtre est plutôt étranger (enfants comme adultes). - jouer dans des lieux qui n’accueillent pas spécialement du théâtre. - établir un contact autre que financier avec l’association/et ou personnes qui nous accueillent. - composer avec les moyens du bord, se débrouiller de manière générale. - ne pas rentrer tête baissée dans les circuits de production de théâtre officiels (même si on ne s’y ferme pas, ce n’est pas une priorité). - ne pas être limité par l’argent. Après cette première épopée, une nouvelle aventure nous tenta: un deuxième spectacle se monte maintenant depuis l’été 2011 sur base de la naissance d’un ogre au atelier ... suspens. Basant de notre dynamique de travail sur la première expérience de collaboration, ce spectacle se monte plus que jamais sous le joug de l’esprit Scraboutcha. Et entre temps en plein printemps 2012, en deux trois quatre mouvements, un petit spectacle de rue naquit, mêlant le clown, la marionnette de rue et musique folk, notre envie était de créer une plus grande collaboration et d’aller vers la rue, la troupe alors s’agrandit: musicien(ne), manipulatrice, clown au programme pour un spectacle tout frais tout neuf:Les entremelleuses! http://ciescraboutcha.over-blog.org/
Performance de Butō
15/07/2012
Performances de Butō Suite à une résidence de plusieurs artistes au Salon Mommen à partir de 18h Solo de Biyo Kikuchi (Jp) « Sonorité de la vie … f-o-r-m-e pour demain » (...) entrer en résonnance avec de nombreuses formes de vie, dans ce monde-ci et l’autre. Biyo Kikuchi utilise différentes formes d'expression et de méthodes corporelles comme le théâtre Noh, le yoga et le qi-gong... qu'elle explore dans divers espaces et contextes expérimentaux. Improvisation performance de Mathieu Lilin (Fr) Mathieu Lilin détourne des pratiques de butō pour improviser au saxophone. Il expérimente le rapport tactile au son, comme une déambulation dans le corps. Il utilise le silence, un espace imaginaire, et laisse le corps agir... ------------ Et d'autres interventions à préciser. ------------
SABU TOYOZUMI AND FRIENDS : KOSAI YUJYO
23/06/2012
sa 23/06 Open 20:00 Start 20:30 SABU TOYOZUMI AND FRIENDS : KOSAI YUJYO - Sabu Toyozumi, percussion & er-hu (Japon ) / Jacques Foschia, clarinette basse / Jean Demey, contrebasse. - Sabu Toyozumi / Pascal Marzan, guitare (France) / J-M Van Schouwburg, voix. - Peter Deprez, poésie / Guy Strale, percussion + un ou deux des invités. Suite au mémorable festival Sons Libérés 2011, Sabu Toyozumi, le légendaire percussionniste nippon , est de retour chez Mommen avec deux trios de choc et improvisés. Feu follet des baguettes et des peaux, Sabu Toyozumi nous fait découvrir un langage gestuel et un sens des frappes surprenantes qui évoquent les arts martiaux japonais. Tour à tour violent et subtilement feutré, son jeu entraîne irrésistiblement les souffleurs, ici le fantastique clarinettiste Jacques Foschia, ou compose en finesse avec les doigtés du guitariste acoustique Pascal Marzan ou l'archet chercheur du contrebassiste Jean Demey. Ou il se met à triturer innocemment sa vièle chinoise er-hu entourant les vocalises délirantes de J-M Van Schouwburg. Le poète Peter Deprez dira ses textes abrupts et merveilleux et sera accompagné par Guy Strale et quelques uns des invités. L'ordre dans lesquels les trois groupes se produiront sera décidé le soir même. Sortie du nouveau CD de Sabu Toyozumi & friends : Kosai Yujyo dont une bonne partie a été enregistré durant le festival Sons Libérés à Mommen en octobre dernier. "Kosai Yujyo" : Sabu Toyozumi, Jean-Michel Van Schouwburg, Pascal Marzan, Dan Warburton, Marjolaine Charbin, Audrey Lauro, Ove Volquartz, Peer Schlechta, John Russell, Joel Grip, Luo Chao-Yun, Jacques Foschia, Jean-Jacques Duerinckx, Guy Strale, Kris Vanderstraeten, Isabelle Sainte-Rose, Jean Demey. 2 CD set improvising beings ib14 / INaudible cd 07 enregistré à Bruxelles, Ateliers Mommen octobre 2011, L'Archiduc septembre 2010, Paris sept 2010.
« Full HD »
14/06/2012 à 17/06/2012
« Full HD » exposition : sculptures/ sérigraphies /installation vidéo de Isabelle Rouquette 19:00 ouverture - vernissage 20:30 : projection 3 films - Laleraj d'Agra : Serie en 6 parties : © Isabelle Rouquette 2008-2012 - Sans titre (pour l'instant) director by Kiran Shasi - House of lost glory duration : 62mn director by Waribam Dorendra & Bhaskar Jyoti Das Présentation de Isabelle Rouquette en collaboration avec : Chayanika Kaushik Dr Mallika Kandalli Diti Baruah Kiran Shasi Enrew Moumita Anjali Françoise Lacroix Gille Lacombe Laleraj d’Agra Les enfants de l’école du village de Mawlynnong, Méghalaya , Inde Heures d'ouvertures de l'expo : ve 15/06 > di 17/06 Disons à ce stade de la discussion, à ceux, blasés, revenus de tout ou/et rendus nul part, que oui, il n'est pas nécessaire d'éprouver le lointain, pour nous emporter vers l'inconnu, pour réaliser un trajet dans l'œuvre. Je veux bien dire que l'espace quotidien suffit à cette élaboration, nid de l'imaginaire. Décider une rencontre avec l'étranger, le lointain, l'autre, pose la question de la globalisation ? Le Sphinx de l'œuvre pourrait même être de commettre des erreurs de catégories: lointain/lointain, aventure/aventure, etc. ou pire. Pourtant la jungle nous réduisant à peu intensifie le rapport en cela qu'il nous inquiète à nouveau. Aussi et j’y tiens, se mettre dans une situation de travail, générer son activité, en Inde par exemple, c’est ce qui persiste de l’atelier. Dans le même temps, tenant compte de l’autre, sans le définir par avance, sans lui faire jouer un rôle prédestiner, à moins de l’y impliquer, en ayant son accord, en respectant ses furies, embusquer pour capturer le chant d’un oiseau, en restant en alerte, une éponge inquiète, là est le bouleversement. Alors, pris par des amplitudes, des variations, des émotions, des invraisemblances, miroirs inattendus, alors du chaos surgissait les possibilités d’existence de l’œuvre. Ensuite vient l’épreuve du public, bienvenue à tou-s-tes à cette rencontre.
9ter + Une girafe sous la pluie
30/05/2012
A partir de 20h00 « 9ter » , un documentaire de Céline Darmayan, 56min, 2010, + « Une girafe sous la pluie », de Pascale Hecque, 12min, 2007 « 9ter » , un documentaire de Céline Darmayan, 56min, 2010, En Belgique, l'article 9ter de la loi du 15 décembre 1980 autorise unepersonne étrangère à demander un titre de séjour, si elle souffre d'une maladie entraînant un risque réel pour la vie. Pour beaucoup de personnes sans-papiers, cet article est la seule solution pour accéder à un status légal. A Bruxelles en mars 2009, plus de 1000 personnes décident d'entamer une grève de la fain.Ce film noud enmène à la rencontre d'hommes et de femmes qui, prisoniers de cette situation, sont confrontés à ce choix : mettre ou non leurs vie en danger pour obtenir des papiers. ****** + « Une girafe sous la pluie », de Pascale Hecque, 12min, 2007 À travers l'histoire d'une girafe, ce film d'’animation tente de faire appréhender une réalité difficile – celles des réfugiés et demandeurs d'asile
André Barthélemy. Rétrospective (1939-2012)
19/05/2012 à 28/05/2012
Exposition du 19 au 28 mai de 15:00 à 19:00 Vernissage le vendredi 18/05 à 18:00 + video-performance : L’Envol du Cadre par Camille Escudero et Cristobal Rio Finissage le lundi 28/05 à 16:00 + performance : Les Fibres optiques par Fred Chemama, Philomène Zeltz et Camille Escudero Est-il de mise d’évoquer les « 91 printemps » d’André Barthélémy, quand ce dernier vous reçoit chaque jour pinceau en main, et vivacité au regard ? Vous vous en retournez avec des traversées de couleur dans la rétine….et accessoirement sur le plat monochrome de vos vêtements ! S’il est un temps ancien et présent auquel vous invite André Barthélémy, c’est celui où le travail artistique se devine, se lit sur vos mains et s’accroche obstinément à tout ce que vous touchez…. Aucune virtualité hygiénisante qui caractérise les nouveaux médias artistiques…. André Barthélémy, tel Empédocle, plonge quotidiennement dans le cratère de la matière picturale…. Le mot « matière » dans son œuvre n’est pas une préciosité stylistique… Elle se forge dans le creuset polychrome de la peinture à l’huile. Si les couleurs d’André Barthélémy se jettent sur vous, comme un jeune chien fou, c’est qu’elles ont perdu leur fonction de remplissage et d’ornement. Face à ces tableaux, vous désapprenez l’évidente rectangularité d’un cadre et, la quête de la forme signifiante … Car ici, ce sont les couleurs qui font et défont les géométries aseptisées pour les projeter dans les incertitudes du mouvement, ce sont toujours les couleurs qui sculptent progressivement la forme, jusqu’à parfois la dissoudre par des strates successives …. Le regardeur doit se faire alors « géologue ». Vous passeriez à côté de cette œuvre figurative qui s’échappe vers l’abstraction, si vous restez sur le rivage de la surface picturale…. André Barthélémy peint pour recréer un monde que, telle cette Alice en un autre pays, vous devez traverser… Monde d’intensités organiques et cérébrales à la fois, monde d’où la vie s’échappe et tâtonne au gré de la grande et petite Histoire…. Mais ne vous y trompez pas…. Cette œuvre qui ‘s’étend de 1939 à 2012 ne s’est pas toujours affichée avec la paisible vitalité qu’offre maintenant le visage du peintre. A l’instar de ces tableaux qui se sont affirmés, retirés puis offerts aujourd’hui au public, la vie d’André Barthélémy a connu toutes les vicissitudes d’une vocation artistique avec ses cris, ses exaltations, ses colères et ses silences… C’est donc avec un joyeux et profond respect que les Ateliers Mommen donneront à découvrir l’œuvre vivante de cet artiste-peintre, opiniâtre et indocile. °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° L’Envol du Cadre vendredi 18 mai à 18:00 Vidéo-performance co-réalisée par Camille Escudero et Cristobal Rio. Œuvre hybride qui s’aventurera à décliner les espaces « hors champs » des toiles exposées d’André Barthélémy…. L’œil du spectateur-regardeur sera invité à suivre les métamorphoses de matière picturale, et à plonger dans l’univers onirique du peintre. Camille Escudero, artiste française, fait du corps, l’unité de mesure des dispositifs scéniques, plastiques, visuels. En résidence aux Ateliers Mommen depuis janvier 2012, elle a conçu et mis en corps « Les Percées Clandestines », ciné-concert-performance tourné dans les espaces publics de Saint-Josse-Ten Noode. Elle réalise par ailleurs une série de « haîkus visuels » dans le Mommenic Diary. www.camilleescudero.com http://www.camilleescudero.com/apps/blog Cristobal Rio, vidéaste franco-mexicain, extirpe sa matière d’un labyrinthe « borgésien » où la physique de l’image n’affirme rien. Il est le réalisateur du film « Percées Clandestines » à Saint-Josse-Ten-Noode, projeté aux Ateliers Mommen en février 2012. http://cristobal-rio.blogspot.com/ http://youtu.be/WA0DdI8q1fA °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° Les Fibres optiques lundi 28 mai à 16:00 Performance pour œil « gestographique » et deux corps. A partir d’un personnage-totem conçu et mu par Philomène Zeltz, le regard se glissera simultanément dans l’empreinte gestographique créée par Fred Chemama « Mira », et dans la physicalité « inter-passive » de Camille Escudero. http://youtu.be/8XdkqGuL8a0 Philomène Zeltz, digne fille spirituelle d’André Barthélémy, est peintre-performeuse-combattante. Une triple casquette qui lui permet tour à tour de sonder l’intensité du geste martial, les courbes du tracé anatomique, et les organiques délicatesses de langue des signes. http://youtu.be/6vH2ftCkRiA http://youtu.be/61fBT5JUaLQ Fred Chemama « Mira », photographe, vidéaste, artiste multimédia (installations et performances audiovisuelles). Né en 1971 à Paris, vit et travaille à Bruxelles aux Ateliers Mommen. A créé le gestographe et les dispositifs multimédia pour le Musée Charlier dans le cadre de l’exposition consacrée à Madou. http://fredchemama.net/index.php?/mira/ephemere--resistance En collaboration avec la commune de St-Josse et du musée Charlier
Le Bruit de la Rue - Exposition de Hugo Van der Vennet
04/05/2012 à 13/05/2012
Au cours de ses déambulations, Hugo Van der Vennet photographie ce qui attire son attention, comme par exemple des reflets dans des vitres, des tags, des mannequins de vitrine, des paysages urbains... Il a ainsi accumulé un grand nombre de clichés, qui dessinent un genre de portrait de la rue et de la ville. Il a également réalisé une série de films courts sur différents événements. Au programme entre autres choses: une inauguration de fresque à Matonge, un tour à la Foire du Midi, des manifestations... - Vernissage le vendredi 4 mai à partir de 18h. L'occasion de découvrir une nouvelle série de photos, prises en rue ces derniers temps. - Projection de films le vendredi 11 mai à 20h. Au programme, 4 films muets et "semi-muets", accompagnés en live par des musiciens du collectif Inaudible. - Trois manifestations (8 min) - Un pleinOPENair (15 min) - Matonge-Bethléem (35 min) - Foire du Midi (26 min) Des films tournés à Bruxelles et alentours, autours de différents événements. Ce sera la première fois qu'ils seront montrés tous ensembles et accompagnés musicalement. Foire du Midi sera également à découvrir pour nombreux d'entre vous, puisqu'il n'a été projeté qu'une seule fois à Bruxelles lors d'une "avant-première". Musiciens: Jean Demey contrebasse, Mathieu Safatly violoncelle, Guy Strale percussions... (et d'autres musiciens encore à confirmer) Projection organisée par Inaudible asbl et Ateliers Mommen avec l'aide de la Communauté Française de Belgique, D.G de la Culture Horaires: vernissage le 4/05 à partir de 18h, exposition du 05/05 au 13/05 de 12h à 18h, fermé lundi & mardi.
Expo - Installation Vincent Matyn-Wallecan
22/04/2012 à 28/04/2012
Si gnes d'ab sences En collaboration avec le plasticien Guy Cardoso,une exposition installée : rassembler des recherches avec la ligne, le trait et le graphe, dans un ensemble de périodes, de tendances. Emergence d'un souci, d'une préoccupation pour les ratages, détours, dérives, trous, barre invalidant le sujet. Positivement des portraits en creux, des groupes, tout un monde pris dans du fil, des filets, des structures et des réseaux. La distance ne m'étant pas accessible, j'invite Guy Cardoso à choisir pour moi les oeuvres à sortir du placard et à organiser dans l'espace. L'ensemble n'est pas, à proprement parler, exposé aux murs de la salle. Les objets sont mis en relation dans une narration spatiale par l'installation. Il y a des amas, des noeuds, des concrétions, des grilles. En l'absence de vernis, pas de vernissage, mais l'ouverture des oeuvres à l'air libre. Rendez-vous le Samedi 21 avril aux environs de 19h30, et dans le flux de la soirée il se passera quelque événement grâce à la partition vocale de Yan Busang et celle non moins gestuelle de Guy Cardoso et Julie Martineau. Signes d'absences est visitable du 22 au 28 avril 2012 de 12h à 17h. Le mieux est d'appeler au 0478 58 33 84. www.matyn.over-blog.org/
Résidence Nicolas Van Kerckhove
03/04/2012 à 15/04/2012
Présentation le dimanche 15 avril à partir de 17 heures. Nicolas Van Kerckhove est peintre, il travaille aux ateliers mommen depuis 2004. Il occupera le Salon Mommen du 3 au 15 avril. Cette résidence lui permettra de retravailler des toiles de très grand format qui tournent autour du thème de la communauté et dans lesquelles il tente de mélanger poésie,aspiration et description sociologique d'un certain milieu, d'une certaine génération. Le résultat du travail effectué lors de la résidence vous sera présenté le dimanche 15 avril à partir de 17H00. Certaines choses seront achevées, d'autres pas, le but étant de vous faire partager une création en plein chantier www.nicolas.domainepublic.net

Pages