Exposition Louis Callebaut « Poly-techniques » Artiste invité : Jacques Poncin, sculpteur
19/05/2017 à 28/05/2017
Exposition Louis Callebaut « Poly-techniques » Artiste invité : Jacques Poncin, sculpteur

Exposition Louis Callebaut « Poly-techniques »
Artiste invité : Jacques Poncin, sculpteur

Vernissage le vendredi 19 mai 2017 à 18h

Exposition les 20-21-25-27-28 mai de 14h00 à 18h00

Sur rendez-vous les 22–23-24-26 mai : 0479 850 380 – 0496 051 149

Ateliers Mommen
Liefdadigheidsstraat, 37, rue de la Charité 1210 Brussel-Bruxelles

Bruxellois d’origine et de cœur, Louis Callebaut commence à peindre en 1956, parallèlement à son métier de typographe dans l’imprimerie de son père, qu’il quittera dix ans plus tard, ayant fait le choix définitif d’ «entrer en peinture». Si l’œuvre peint (huile et acrylique) constitue l’essentiel de son art, Louis travaille également, au fil des années, d’autres techniques comme la sculpture-soudure, la gravure ou la céramique. Son style est expressionniste, cherchant «à transcender la réalité, la sublimer», dit l’artiste, qui expose depuis 1964 et dont de nombreuses œuvres se trouvent dans des collections privées en Belgique et à l’étranger. Depuis mai 1975, Louis crée aux Ateliers Mommen à St. Josse-ten-Noode, où il vit depuis les années 1980. Son exposition «Poly-techniques» représente un condensé de ses recherches dans le domaine des arts plastiques, dont l’exploration récente d’une technique qu’il innove sous le nom de «vinotype».

Jacques Poncin, ami de toujours de Louis Callebaut, a deux vies : l’une de chirurgien, chirurgien de catastrophes ou de guerre, dont 20 ans au Rwanda qui prennent fin dans l’enfer du génocide rwandais, l’autre de sculpteur qui redonne vie et sens à des rebuts de mitraille, de fer, d’acier collectés dans les grosses décharges industrielles.
Des ouvriers spécialisés l’ont initié aux techniques de soudure à l’arc. Ainsi est née une centurie d’êtres de métal à l’anatomie cohérente, reflétant un mélange d’humour et de désespoir qu’on nomme sincérité.
Jacques se plaît, non sans humour noir, à souligner l’analogie entre ces deux arts, là dans l’urgence et la nécessité, ici, dans le calme et plus de liberté. Il fait ce qu’il peut avec ce qui reste.
Jacques a participé à de nombreuses expositions depuis plus de 30 ans. Depuis 2001, il s’investit totalement dans la sculpture. Il s’est installé dans une ancienne brasserie à Elouges , commune de Dour. Là où il abrite le monde de son imaginaire. L’un ou l’autre de ses étranges personnages viendront rendre visite à Louis, dans ce lieu si mythique que sont les Ateliers Mommen.
http://www.jacquesponcin.be